Comment rester calme quand son enfant ne veut rien entendre ?

Être parent n’est pas toujours de tout repos, et cela, tout parent que nous sommes l’a forcément déjà expérimenté au moins une fois.

Les parents qui vous diront “Non, moi je reste calme face à toute épreuve” ou bien encore “Non, mon enfant n’a jamais fait de colère, il n’est jamais contrarié” … et bien ces parents là sont des parents très chanceux. 🙂

Nous sommes très nombreux à avoir déjà vécu cet instant – qui semble durer tellement longtemps – où notre cher amour d’enfant réagit comme si l’on avait fait la plus grosse erreur de notre vie, égorgé son doudou par exemple, et qu’il n’est plus contrôlable, qu’il hurle à s’en décrocher les cordes vocales… bref, vous aurez compris de quoi je parle. 😉 Il ne veut rien entendre.

Ou bien tout simplement cette situation où vous dites à votre enfant de faire quelque chose, et qui souvent va se tourner sous forme d’un ordre dicté de façon plutôt sèche, du genre: “Va t’habiller ! Va te brosser les dents ! Ne tape pas ta sœur ! Arrête de jeter ta nourriture ! Va mettre tes chaussures on va être en retard !” et où tellement d’autres exemples seraient imaginable et bien réels à la fois. Vous lui dites ce qu’il doit faire et vous avez l’impression très claire que votre bambin, soit ne reçoit pas le message, soit qu’il se moque de vos directives. Et bien en fait c’est un peu ce qui se passe dans son cerveau, il est bloqué.

Nous voulons échanger aujourd’hui sur le thème de la “gestion de crise” car nous avons dernièrement pu assister à un genre de tutoriel en ligne que nous avons mis en application, et qui a très bien marché pour nous et nos deux filles, alors que très franchement, je me disais au fond de moi “ça marchera pas, c’est trop gros…”, mais en fait, si, ça marche ! Sa mise en pratique demande de changer son comportement et de modifier sa façon de voir les choses, mais le procédé en question reste simple.

Imaginez-vous ce que vous ressentiriez si l’on venait vous donner des ordres sur un ton agressif ?

” Va au boulot ! Range le linge ! Lave tes mains tu vas en mettre partout !” …

Comment réagiriez-vous ? Avez-vous envie de vous bouger ? Ou bien resteriez-vous figés ?

J’ai plutôt tendance à penser que l’enfant dans son état de “peur” face à cette agressivité n’a pas forcément le réflexe de se mettre à l’action mais plutôt le réflexe inverse, à savoir la paralysie et l’angoisse. Ce n’est en effet jamais agréable de se faire disputer…

Alors, comment rester calme quand son enfant ne veut rien entendre ?

Et la vraie question est en fait “comment communiquer différemment pour que l’enfant détecte les codes de l’action ?”

1- L’idée est tout d’abord de toujours chercher à amener l’enfant à l’action en lui posant une question.

Le fait d’apporter l’interrogation à son cerveau va tout d’abord le calmer naturellement, va ensuite lui demander de la réflexion, de la concentration, et du coup les cris ou les pleurs ou tout autre réactions instinctives vont s’éteindre doucement et logiquement.

2- Ne jamais utiliser le caractère d’urgence dans les questions. Evitez d’utiliser les termes “tout de suite, rapidement, vite, se dépêcher…”

3- Essayer au mieux d’utiliser un ton doux et chantant pour ne pas irriter votre enfant.

4- Apportez aux questions un côté amusant quand c’est possible.

Posez-lui par exemple la question suivante: “Quelle sont les règles après le repas du soir?” ou encore, “Que fais-tu après avoir mangé?”, ou bien “Comment est-ce que tes dents vont faire pour être toutes belles?”. On peut également poser la question: “De quoi tes petits pieds ont besoin pour marcher dehors?” et y mettre un côté amusant.

Si la question posée amène à une incapacité de l’enfant à réaliser la tâche seul, et qu’il vous répond “je sais pas faire…” et bien dans ce cas là, faites lui comprendre que s’il n’y arrive pas vous irez ensuite l’aider. La plupart des réactions sont positives et permettent à l’enfant d’avancer dans le processus de développement naturel.

Pour donner un exemple frappant, notre grande de 4 ans nous disait toujours qu’elle ne savait pas s’habiller seule, et mettant en place cette notion d’essai puis d’aide, en 4 jours, elle a maitrisé l’étape “je m’habille seule”, même s’il y a certains vêtements plus difficiles que d’autres à maitriser… collants, veste à boutons… mais cela fait aussi partie du principe d’apprentissage évolutif.

N’hésitez pas à prendre l’exemple de votre histoire propre, même si vous inventez des choses, le fait de donner votre exemple de réussite et d’apprentissage à votre enfant va le motiver à faire comme vous. N’oubliez pas que pendant de longues années vous restez LA référence pour votre enfant et qu’il s’identifie à vous.

Expliquez-lui que “tu sais, quand j’avais 4 ans comme toi, moi aussi j’avais du mal à mettre mon pull tout seul. J’essayais et des fois je n’y arrivais pas alors ma maman venait m’aider. Et comme j’ai essayé plusieurs fois, et bien j’ai appris à le faire seul et c’est comme ça que j’ai grandi”.

Un enfant à plusieurs objectifs dans sa vie à lui, souvent de façon inconsciente:

  • Faire comme papa et maman, ce qui passe par le “vouloir faire”, le “savoir-faire” et le “faire”.
  • Être grand comme papa et maman
  • Grandir et être autonome
  •  …

Notre conseil de parent: Tournez toujours en une question ce que vous voulez faire faire à votre enfant, sans caractère d’urgence et amenez l’amusement dans tout cela. Ne provoquez pas de blocage en haussant le ton, restez doux et à l’écoute. Proposez-lui d’avancer seul, tout en sachant que vous êtes toujours disposé à l’aider.

Et gardez votre calme, car plus vous serez calme, plus votre enfant sera apte à passer à l’action.

Bonne application à vous.

Photo crédit : Myriams-Fotos, gentlebeatz, PublicDomainPicture, Collusor, ambermcauley, ambermb

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *